Maxime Mertens : Discoverent

Maxime Mertens de Discoverent

Maxime Mertens : Discoverent. Midoricast : Podcast #147.

Au micro : Maxime Mertens de Discoverent, une agence d’Aventure Responsable en pleine nature

Quel que soit ton niveau, viens vivre des moments d’exceptions en pleine nature lors d’expéditions sportives encadrées par des guides expérimentés.

Envie de laisser un message vocal à Maxime ? Un encouragement, une gratitude, une question?  C’est ici : on transmettra vos messages (mentionnez juste bien dès le début que ce message est pour lui).

Nous étions les 8 & 9 octobre 2022 au salon Hope à l’Arsenal de Namur et, en partenariat, nous vous présentons leurs exposants de ce week-end. Rencontres formidables où ces passionnés nous racontent en quelques minutes leurs projets de coeur.

Pour les personnes malentendantes ou ayant des troubles de l’audition nous proposons une transcription en fin d’article.

Nous avons besoin de vos dons pour assurer les ressources nécessaires à ces productions… c’est par ici. Merci !

Écoutez ce podcast via notre chaîne Youtube (abonnez-vous : merci! ) :

Séquençage du podcast avec Maxime Mertens :

  • 00:14 Introduction et présentation
  • 01:21 Quelle est la proposition ?
  • 02:11 Le danger du tourisme : la pollution
  • 03:38 Trois éléments de base qui sont les plus polluants, mais quid des attitudes sur place ?
  • 04:20 Le côté éducatif
  • 04:49 Comment est-ce qu’on vous contacte ? Via un site internet ?
  • 05:14 Comment ça marche, c’est en groupe ?
  • 05:30 Et pour des teams-events ?
  • 06:32 Quand a commencé cette aventure ?
  • 06:47 Vos partenaires
  • 07:34 Le public cible
  • 07:48 Clôture du podcast

Ou écoutez ce podcast via InstagramTV :

Le transcript du podcast avec Maxime Mertens :

00:00 Michel : Ce projet podcast est une initiative créée et proposée par l’ASBL The Podcast Factory Org avec le sponsor des transforma bxl innovation playground

00:09 Jingle intro:Recherche de fréquence radio (mode anciens postes de radio : grésillements), une chaîne se capte et le son se stabilise : on entend « You’r listening The Podcast Factory ».

00:14 Michel : Bienvenu au salon HOPE à Namur, à l’Arsenal, ce 8 & 9 octobre 2022. The Podcast Factory Org est partenaire du salon HOPE grâce à notre amie Alison, membre du podcast avec « 99-Challengers », alors, on vous en parlera aussi dans une autre émission. Aujourd’hui donc, on est au salon HOPE à Namur et face à moi j’ai Maxime. Et je vais te demander de nous présenter qui tu es, d’abord, et qu’est-ce que tu fais ?

00:36 Maxime Mertens : Alors moi je m’appelle Maxime, je suis un passionné d’aventure et d’expéditions

00:39 Michel : Ah et tu as le look aventurier ! – Rires communs

00:41 Maxime Mertens : Depuis que je suis ado je dirais, et ben je prends n’importe quelle occasion pour aller dehors (Michel : Ouais) que ce soit pour faire de l’escalade, de l’alpinisme, c’est un peu mes sports de prédilection. Et puis là, plus récemment aussi, ça fait 4 ou 5 ans maintenant, que je fais pas mal de Packraft : j’utilise ça comme un moyen d’expédition. Donc c’est un petit bateau de 3 kilos (Michel : Ah ouais ?), il peut être porté sur son dos, dans un sac à dos, et ça permet d’allier randonnée et descente de rivière sauvage. 

01:06 Michel : Ah, je ne connaissais pas du tout, là j’apprends quelque chose. 

01:08 Maxime Mertens : Là il y a moyen de partir en Laponie : 5, 6 jours de marche pour aller jusqu’à une rivière totalement sauvage (Michel : Tu as fait ça ?) et puis la descendre totalement. J’ai fait ça avec mes, avec mes potes, et puis on a descendu cette rivière sur 10 jours. Et c’était une expédition incroyable, qui restera un des plus beaux souvenirs de ma vie, ouais. 

01:21 Michel : Alors je fais un petit clin d’œil à Alison qui à mes côtés, avec son projet 99- challengers. Et je fais un petit clin d’œil à Anne Bé qui nous écoute et qui fait aussi un podcast avec des aventuriers, on est en plein dans le thème avec les 2 filles de notre association. Alors Maxime, maintenant tu m’as expliqué qui tu es et ce qui t’anime, tu peux un peu m’expliquer l’idée de ce qui t’a amené au stand juste à côté du mien, et de ce que tu proposes aux visiteurs de ce salon aujourd’hui ? 

01:43 Maxime Mertens : Mais voilà : avec Marie, qui est pas là aujourd’hui mais qui sera là demain (Michel :On la salue ! On salue Marie), ouais, tout à fait. Et ben on a lancé « Discoverent », donc le but de « Discoverent » c’est justement d’amener les gens en pleine nature comme nous on adore le faire… (Michel :On les reconnecte à la nature). Oui via en fait des expéditions qui sont encadrés par des guides. Et des guides justement qui sont professionnels dans l’activité qu’on propose, et donc ça permet aux gens de découvrir des sports. Mais aussi de découvrir une nature totalement sauvage, loin justement de la civilisation, mais avec la sécurité d’un guide qui vous accompagné quoi. 

02:11 Michel : Pas mal ! Est ce qu’il y a, alors je ne suis pas quelqu’un de négatif mais je suis… Parfois je joue un peu l’avocat du diable. Est-ce qu’il y a le danger du tourisme polluant dans la démarche ? (Maxime Mertens : He ben justement, c’est ce qu’on a voulu éviter) Ben Oui,… – Rires

02:20 Maxime Mertens : C’est pour ça que (Michel : J’ai un peu lu, j’ai triché) nous, ce qu’on a voulu faire, c’est essayer de réinventer en fait le voyage actuel. Le voyage actuel c’est malheureusement un voyage, peut-être rapide. Un voyage où les gens veulent aller le plus vite possible à un endroit pour parfois rester là et parfois ce sont des (Michel : Profiter, profiter, profiter et prendre, ouais) ce sont des endroits où ils ont beau être, je ne sais pas : en Italie mais ils pourraient être aussi dans le sud de la France, on ne ressent pas la culture… Et donc nous ce qu’on a voulu faire c’est d’éviter ça sur 3 pôles, donc on a un peu étudié ce qui était les pôles avec le plus gros impact carbone dans le voyage. C’est d’une part le logement (Michel : Oui) donc évidemment si vous partez dans un gros hôtel qui a 100 lits mais qu’ils sont vides la plupart de l’année ce n’est pas hyper soutenable. D’autre part c’est la bouffe, la nourriture : il y a beaucoup de gros complexes qui justement font venir, importent la nourriture, du pays d’origine du complexe. Et puis ensuite il y a évidemment le transport qui est le plus gros pilier (Michel : Des polluants, des polluants) pour le voyage. Et donc ce qu’on fait c’est qu’on propose toujours de la bouffe locale, donc on essaie de trouver des partenaires locaux, des producteurs locaux, pour pouvoir trouver notre bouffe d’expédition locale, là-bas dans les pays où on va. Ou plutôt dans les régions où on va, vu qu’on ne va pas très loin, parce qu’on fait du coup du voyage de proximité. Donc c’est un voyage où on peut aller en covoiturage, ou en train… Et enfin, au niveau – donc j’ai parlé de logement, de bouffe et donc (Michel : De transport) de transport du coup, le transport ça je viens de le dire en fait, donc on essaye d’éviter… 

03:38 Michel : Alors ça ce sont les 3 éléments de base qui sont les plus polluants, mais à côté de ça il y a aussi l’attitude humaine de l’éducation de l’homme (Maxime Mertens : Exactement). Tu as les gens qui vont bouffer de la nourriture tout à fait équitable et correcte mais qui vont jeter un papier par terre, qui vont être irrespectueux du milieu. Est-ce que vous sensibilisez aussi sur ça alors ? 

03:52 Maxime Mertens : Alors là, ça c’est tout le travail des guides et c’est exactement là qu’on intervient, je crois que c’est notre plus gros travail. C’est de trouver des guides (Michel : Ben je m’en doute, ouais, c’est ça !), des guides, qui sont les plus rares, qui partagent les mêmes valeurs que nous. Et qui partagent aussi la valeur d’apprentissage !

04:05 Michel : Et du respect de l’environnement, 

04:06 Maxime Mertens : C’est ça, donc les mêmes valeurs que nous, évidemment il y a le respect de l’environnement dedans. Et je peux vous garantir que si vous partez avec un guide « Discovent », ce n’est pas qu’il ne va pas vous interdire de jeter un papier par terre, ça va plus loin que ça : il a son sac pour ramasser les papiers qu’il trouve par terre. 

04:20 Michel : Ouais mais c’est mieux d’éduquer que de ramasser : on est d’accord, on va être actif plutôt que réactif !

04:23 Maxime Mertens : Tout à fait (Michel : Ouais) mais donc il y a le côté aussi (Michel : Mais il y a le coté éducatif puis réaction à…, voilà) justement éducatif de : « on ramasse les déchets » et on ne va pas obliger les gens qui partent avec nous de ramasser les déchets mais en tout cas le guide va le faire et il va montrer aux gens que, nous, on ramasse les déchets. Et donc c’est quelque chose qui est vachement (Michel : Oh j’aime bien ! Ça fait « l’exemple c’est nous » quoi, c’est chouette !) vachement fort derrière. Et c’est ça le coté apprentissage (Michel : Ouais) c’est de montrer l’exemple, et d’éduquer via l’exemple du guide qui représente en plus cette image du professionnel de la nature. Donc voilà, c’est l’idée. 

04:49 Michel : On sait qui tu es, on sait quoi et pourquoi tu fais les choses, comment est-ce qu’on vous contacte ? On a un site internet alors déjà ? 

04:55 Maxime Mertens : Oui voilà, donc tout se passe via le site internet. Alors là c’est juste parce que ma sœur est développeuse de site Internet, donc c’était plutôt pratique pour nous, donc on a un joli site Internet où il y a moyen de voir toutes les informations sur les expéditions pour voir (Michel : On peut donner l’adresse du site ?) c’est www.discoverent.be (Michel : Discoverent.be, d’accord)

05:14 Michel : Alors donc, moi je vais sur le site, et comment ça marche ? Il y a des expéditions tout le temps ou c’est à la demande ? (Maxime Mertens : Alors…) Vous attendez de faire un groupe ? 

05:20 Maxime Mertens : Voilà, il y a donc tout un catalogue d’expédition disponible. On clique sur l’expédition qui nous intéresse et alors, de là, on voit les dates de départ (Michel : Ahhh). Et alors on peut s’inscrire seul ou en groupe aux dates qui nous intéressent

05:30 Michel : Et c’est maximum combien ? Alors je pose la question, pas innocemment, parce que : imagine-moi comme patron d’entreprise et j’ai une équipe à faire sortir en « team event » dans cette démarche qui est hyper constructive, ça m’intéresserait, mais quelle est la limite ? 

05:41 Maxime Mertens : Alors là ça dépend de l’expédition. On a des expéditions évidemment, où là évidemment c’est aussi moins intéressant pour les « team event », qui sont plus extrêmes où là on accepte des petits groupes de maximum 6 (Michel : Oui). Et on a deux expéditions qui sont plus « light », en Belgique, qui vont permettre de découvrir un sport, découvrir une faune, découvrir même la fleur aussi – Si c’est une expédition pour aller déguster des plantes sauvages. Et ces expéditions-là sont ouvertes à plus de gens, c’est le maximum de 10, mais on essaye toujours de garder un petit groupe (Michel : Des petits groupes pour avoir un meilleur contrôle et une meilleure éducation quoi, ouais). Par contre, maintenant on fait aussi des événements qu’on privatise entre guillemets, donc on privatise des expéditions. Et là ben si c’est une entreprise qui nous dit « Ben nous, on sera 20 et on a envie d’être 20 » mais tant mieux pour vous, on peut le faire (Michel : Voilà). Mais par contre si quelqu’un s’inscrit seul, il peut être assuré qu’il sera dans un petit groupe. Parce que d’une part ça amène une moins grosse pression sur l’environnement dans lequel on part, ça c’est l’argument numéro un. Puis d’autre part, pour l’expérience, pour pouvoir avoir un contact humain, il faut que ce soient des petits groupes.

06:32 Michel : Ça a commencé quand cette aventure ?

06:34 Maxime Mertens : Ca a commencé, le tout début, ça a commencé il y a 2 ans en mars (Michel : Ah ouais, c’est assez récent quoi !), assez récent. Quand Marie et moi on s’est rencontrée pour lancer de la location de matériel d’aventure en fait. Et là maintenant une agence de voyage depuis 6 mois

06:47 Michel : Waouh. Les partenaires se profilent ? Parce que moi je te verrais bien partenaire avec Natagora ou des organismes comme ça qui pourraient associer justement cet aspect découverte, nature, et sensibilisation avec une démarche comme la vôtre. 

06:57 Maxime Mertens : Pour l’instant on a des partenaires qui sont plutôt les guides locaux (Michel :D’accord) Ca c’est vraiment notre partenaire principal. Donc ce sont les gens avec qui on travaille le plus et c’est génial de travailler avec des gens comme ça parce qu’ils sont, tout comme nous, passionnés (Michel :Ouais). Et donc on est en contact toujours avec des gens qui ont, enfin, un sourire jusque derrière les oreilles tout le temps parce qu’ils vivent, ils vivent ce qu’ils adorent quoi, ils sont toujours en nature. Donc ça ce sont nos premiers partenaires, et puis sinon nos partenaires aussi c’est évidemment donc, comme je t’ai dit, on dort soit dans des refuges, soit sous tente, soit dans des gîtes et alors c’est des gîtes avec des écolabels. Et alors souvent c’est tenu par des familles ou des couples, et donc ça devient des partenaires parce qu’on finit par bien les connaître ceux-là (Michel : Ouais, ouais). 

07:34 Michel : Voilà, il y a un lien d’affinité qui se crée quoi. Le public est spécifique aussi en fait ? (Maxime Mertens : C’est un public qui cherche… Qui recherche…)

07:40 Maxime Mertens : Qui est déjà sensibilisé, souvent (Michel : Ouais), et qui recherche des sensations fortes en pleine nature. Et c’est ça qu’on fournit finalement, c’est des sensations fortes en pleine nature mais avec la sécurité d’un guide qui vous permet de partir.

07:48 Michel : Ouais, ça c’est hyper important. C’est hyper important, en tout cas moi je suis très admiratif de cette démarche. Je trouve qu’elle est originale, et je l’ai dit, elle rentre dans deux des projets de de nos membres hein, donc je t’invite à aller causer avec eux (Maxime Mertens : Mais à fond), Anne Bé sera là demain, aujourd’hui tu as vu Alison. Et puis on invite les auditeurs à venir te voir si ce podcast est en ligne, il sera peut-être un peu tard ce soir, mais il sera en ligne. Ben à venir te voir demain, si tu n’es pas là ce sera toute façon ta compagne, il y aura toujours quelqu’un ici à côté dimanche. Et sinon ben on va sur le site Internet et on vous contacte, pour se sortir la tête dans l’aventure et dans la nature ! (Maxime Mertens : Avec grand plaisir, trop bien !) Merci Maxime pour ta confiance et pour cet échange et à très bientôt j’espère !

08:22 Maxime Mertens : Avec plaisir (Michel : Ça marche). 

08:23 Jingle outro:Recherche de fréquence radio (mode anciens postes de radio : grésillements), une chaîne se capte et le son se stabilise : on entend « You’r listening The Podcast Factory ».

08:28 Michel : Ce projet podcast est une initiative créée et proposée par l’ASBL The Podcast Factory Org avec le sponsor des transforma bxl innovation playground

Tous nos podcast de Midoricast

Play

Michel Godart

Passionné par la technologie, l'humain, féministe et écoresponsable, Michel Godart a pour objectif de vulgariser un maximum l'information. Dans tous ses projets podcast, il souhaite inspirer par les exemples qu'apportent ses invités au micro. Le podcast est pour Michel un garant de démocratie : c'est un média produit PAR le citoyen POUR le citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *