Patricia Olive : L’élan créateur, élan de vie

Patricia Olive : L'élan créateur, élan de vie

 

Patricia Olive : L’élan créateur, élan de vie – Midoricast Podcast #175 / hrmeetup.© Podcast #490.

À mon micro je reçois Patricia Olive, ex danseuse-chorégraphe, praticienne et formatrice en Body Mind, elle nous propose du 17 au 26 mars 2023 un sommet sur l’élan créatif.

« Nous ne pouvons atteindre notre plein potentiel humain que si corps-cœur-esprit œuvrent en harmonie »

Laissez un message vocal en réaction à ce podcast, c’est via notre répondeur Vodio.fr : un outil proposé gratuitement et généreusement aux podcasteurs par l’association BadGeek!

 

 

 

Au départ mon intention, en invitant Patricia Olive à mon micro, c’était de parler de santé tant mentale que physique pour notre projet Midoricast. En passant par une approche qui n’est pas forcément la première à laquelle vous penserez si on vous parle de santé, et pourtant : la danse.

Et on ne vous parle pas ici de tenter votre chance dans l’émission « Danse avec les stars », on vous parle de choses simples, de vous sentir plus vivant.e.s et exprimer votre véritable identité à travers le mouvement, la créativité et l’interaction avec la nature. Patricia utilise ces éléments comme outils de connaissance de soi !

Bien évidemment nous proposons aussi ce podcast sur les ressources humaines, les parcours entrepreneurs, et le sujet du développement personnel revient régulièrement dans les discussions… il m’a donc paru évident d’ajouter ici cette interview et cela a aussi guidé une partie de mes questions car prendre soin de sa santé ne se limite pas à la sphère privée mais peut et doit s’étendre dans le cadre du travail.

Ce qui est magique c’est que cette approche pourrait surprendre plus d’un.e sur la globalité de ses bienfaits et finalement bouger son corps, oser c’est être authentique, dévoiler un peu de soi… Voyez-vous, comme moi, le potentiel pour une équipe qui, avec son.sa manager.e, participerait à un tel atelier ?

Lors du sommet en ligne sur le thème de « l’élan créateur, l’élan de vie » qu’elle organise du 17 au 26 mars 2023 (deux longs weekends), Patricia va nous proposer de nous inspirer avec 17 intervenant.e.s. Des professionnel.le.s de différents horizons qui vont partager avec vous leur approche créative ! 

Il ne vous reste qu’une chose à faire après avoir écouté ce podcast : vous inscrire et c’est ici.

Pour les personnes malentendantes ou ayant des troubles de l’audition nous proposons une transcription en fin d’article.

Nous avons besoin de vos dons pour assurer les ressources nécessaires à ces productions… c’est par ici. Merci !

Liens :

Écoutez ce podcast via notre chaîne Youtube (abonnez-vous : merci! ) :

Séquençage du podcast avec Patricia Olive :

  • 00:18 Introduction et présentation de Patricia Olive
  • 01:15 Contexte de la rencontre
  • 02:07 Du rêve d’adolescente à ce jour…
  • 03:34 L’orientation des études
  • 04:22 Une carrière dans la danse exclusivement ?
  • 07:11 Le sujet de ce podcast : le sommet de l’élan créateur, l’élan de vie !
  • 07:46 Stimuler sa créativité, une question de santé mentale et physique
  • 09:24 Une approche progressive, des habitudes à instaurer
  • 11:58 Des interventions en entreprises ?
  • 12:26 Rapprocher les individus par la danse
  • 13:20 Que proposer aux entreprises ?
  • 17:34 Le sommet
  • 18:16 La créativité bridée au quotidien, une charge mentale…
  • 20:40 Quant à lieu le sommet ?
  • 21:42 La créativité nous concerne sur tous les aspects de nos vies :  la parentalité comme exemple
  • 22:46 S’ouvrir à la culture
  • 23:08 Un aperçu des différents intervenant.e.s
  • 25:10 Conditions pour participer
  • 25:52 Adresse du site Internet
  • 26:15 Des concurrents ?
  • 27:13 La proposition de valeur unique et l’authenticité de l’approche
  • 28:38 Mot de la fin pour notre invitée
  • 29:13 Clôture du podcast

Le transcript du podcast avec Patricia Olive :

Michel : 00:00 Ce projet podcast est une initiative créée et proposée par l’ASBL « The Podcast Factory Org » avec le sponsor des transforma bxl – Innovation Playground. Et vous retrouvez tous les épisodes sur le site «What’s Your Story .be»

Jingle intro : 00:16 Recherche de fréquence radio (mode anciens postes de radio : grésillements), une chaîne se capte et le son se stabilise : on entend « You’r listening The Podcast Factory ».

Michel : 00:18 Bienvenue pour un nouvel épisode de votre podcast! Alors j’ai envie de dire hrmeetup, mais j’ai envie de dire aussi Midoricast. Comme vous le savez, notre ASBL « The Podcast Factory Org » produit hrmeetup et Midoricast. Au début, on voulait faire cet enregistrement pour Midoricast, mais on se rend compte que le sujet touche aussi les ressources humaines et les entreprises. Donc on va mettre cette interview dans les deux flux RSS, ne vous étonnez donc pas chers auditeurs. C’est un projet qui est sponsorisé par transforma bxl où je me trouve actuellement à Evere. Et mon invité n’est autre que Patricia Olive qui se trouve en France et je vais lui laisser nous dire où elle se trouve exactement. Bonjour Patricia!

Patricia Olive: 00:54 Salut Michel, merci beaucoup pour ton invitation. Je suis vraiment heureuse et ravie de parler avec toi et d’échanger quelques instants. Alors où est ce que je me trouve en ce moment même? Je me trouve exactement à la Chapelle en Vercors qui est sur le plateau du Vercors à 1 h de Valence et 1 h de Grenoble. Exactement.

Michel : 01:15 Tu vas donner une envie de vacances à tous les Belges qui vont t’écouter en ce moment. Patricia On va un peu situer, avant de commencer l’interview réellement, le contexte de notre rencontre. Il se trouve que tu es l’invité d’abord d’un podcast que je produis, mais pour une association qui collabore avec nous, qui s’appelle le Love Health Center, qui représenté par Olivier Mageren et Olivier, t’a proposé une interview parce que tu veux organiser un sommet où il est invité en tant qu’intervenant.

Patricia Olive: 01:40 C’est ça

Michel : 01:40 Et quand il m’a parlé de ce que tu faisais, je me suis dit « mais il y a plein de liens qu’on peut faire, que ce soit Ressources humaines et Midoricast ! ». Et Midoricast les gens vont me dire « oui, mais Midoricast c’est l’environnement et on va entendre qu’on va parler de santé, notamment santé mentale. Quel est le lien? » Alors je rappelle aux auditeurs de Midoricast que si on est en bonne santé mentale et physique, on ne consomme pas ou moins de médication chimique et donc on a un impact super positif sur l’environnement en maintenant sa santé en forme. Je ne vais pas en dire trop, j’en ai déjà trop dévoilé. La première question, Patricia, dans nos classiques hrmeetup, c’est : de ton rêve d’adolescente à ce jour, que s’est-il passé ? Est-ce que ça a guidé tes choix d’études ? Et surtout, est-ce que tu es maintenant alignée avec ton rêve d’adolescente ? 

Patricia Olive: 02:19 Alors j’adore cette question, Je trouve ça vraiment très intéressant de replonger des années en arrière. J’ai 61 ans aujourd’hui donc ça date un petit peu ma période d’adolescente. Alors en fait, il y a deux choses qui me viennent. Il y a le fait que je rêvais de faire le tour du monde et l’autre chose que je rêvais d’être danseuse. A l’époque je regardais un feuilleton à la télé qui s’appelait l’âge heureux, qui était l’histoire d’une jeune danseuse à l’Opéra de Paris. Et donc, comme beaucoup de petites filles, je rêvais d’avoir un tutu et des pointes et d’être danseuse. Alors c’est pas tout à fait ça qui s’est passé. J’ai été danseuse, je le suis dans l’âme. De toute manière, quand on est artiste, on l’est toute la vie (Michel : Ah ça c’est vrai). Mais j’ai été danseuse, donc j’ai d’une certaine manière atteint mon rêve, vécu mon rêve. Alors je n’ai pas été danseuse à l’Opéra de Paris, mais danseuse contemporaine, donc plutôt les pieds nus et à rouler sur le sol. Et par contre j’ai pas fait le tour du monde à l‘heure d’aujourd’hui – Rires.

Michel : 03:18 Bon, mais on t’invitera déjà en Belgique alors hein ? (Patricia Olive : Oui voilà)

Patricia Olive: 03:22 J’ai pas mal voyagé quand même.

Michel : 03:24 Donc tu as fait des études, si je comprends bien, qui ont été orientées vers l’artistique et la danse ?

Patricia Olive: 03:29 C’est ça. J’étais en fait d’abord dans une école de danse, on va dire assez traditionnelle dans une petite ville comme on en trouve un peu partout. Et puis j’ai d’abord remplacer ma prof de danse et en fait, je me suis lancée là-dedans parce que j’étais vraiment fan de tout ce qui était expression. Mais en fait, à l’époque, j’étais assez timide. J’étais une petite fille timide, qui n’osait pas trop parler, qui ne savait pas trop comment prendre sa place. Et en fait, ça a été la danse qui m’a sauvé entre guillemets aujourd’hui et j’ai plus du tout de problèmes pour parler et communiquer avec le monde. La danse me permet vraiment de m’exprimer d’une autre manière, sans les mots mais avec les gestes, voilà. Et en fait c’était une grande, grande initiation. C’est vraiment formidable comme discipline je dirais.

Michel : 04:20 Ah oui, c’est formidable effectivement. Est-ce que tu as donc fait toute ta carrière dans la danse ou est-ce que tu as eu d’autres métiers?

Patricia Olive: 04:26 Alors j’ai d’abord cru que j’allais être danseuse toute ma vie, jamais j’ai pensé que ça s’arrêterait un jour. Alors ça a pris plusieurs formes, j’ai pas été danseuse tout le temps, j’ai été aussi prof de danse. J’ai aussi organisé des stages, accompagner des gens. Je me suis formée en « BodyMind Centering®», une formation américaine pendant cinq ans, où j’ai appris à bien connaître le corps, les systèmes corporels, à les intégrer, à les incorporer et ensuite à pouvoir bouger à partir de mes systèmes corporels. Donc j’ai une connaissance fine du corps. Et puis j’ai travaillé parallèlement, avec tout ça, avec Guy Corneau, qui était un psychanalyste québécois, écrivain également, avec lequel j’ai cheminé dans une équipe de thérapeutes et d’artistes où on donnait des séminaires, on va dire de connaissance de soi, en Belgique entre autres, en France, en Suisse, au Québec. Et puis la vie, la vie, la vie joue des tours parfois, en 2017 en fait, ma carrière de danseuse s’est arrêtée après avoir vécu une rupture de deux tendon de mon épaule droite. Pendant deux ans j’ai vraiment souffert, en 2015 donc, j’ai vraiment beaucoup souffert, c’était très difficile, très douloureux. Et tout ça pour dire que, en 2017, finalement, la vie me montrait que ce chemin-là était terminé. J’ai résisté, résisté pendant deux ans. Je ne voulais pas l’entendre malgré tous les signes.

Michel : 05:52 Quand la passion est là, c’est difficile d’écouter son corps. Si la passion et la tête nous disent fais ce que tu aimes.

Patricia Olive: 05:58 Ben c’est ça. En fait tu vois Michel, je trouvais que c’était juste d’arrêter un métier quand il ne nous plaisait pas, mais moi j’adorais ce que je faisais donc je ne comprenais pas. Je ne comprenais pas « mais pourquoi il faut que j’arrête alors que pour moi c’était pas fini ? » Je pensais que ma carrière n’était pas terminée et finalement j’ai dû arrêter par la force des choses. Et puis aujourd’hui, j’accompagne les personnes à se réconcilier avec leur corps, à habiter leur corps, à le vivre, on va dire en toute conscience, à apprendre à l’aimer et non plus le négliger comme on le fait bien souvent. Et j’ai souri quand tu as dit sans médication parce que j’ai une conférence qui s’appelle « Un corps qui pétille de vie sans forcément prendre de médicaments ni de faire de sport intensif ». Cette conférence va complètement dans le sens de ce que tu disais tout à l’heure. 

Michel : 06:50 On est en plein aussi dans le questionnement du parcours de l’entrepreneur ou de la personne qui a un métier et qui se réoriente. Parce qu’en fait, maintenant, ce qui va se passer c’est que suite à cette blessure, à l’arrêt de ta passion, tu vas rebondir. C’est un beau geste de résilience que tu vas faire et tu vas changer un peu ton métier. Et c’est là qu’on va toucher le cœur de cette interview. L’objectif de cette interview, donc « le quoi ». De quoi va-t-on parler aujourd’hui Patricia ?

Patricia Olive: 07:13 Alors de quoi on va parler ? Notamment, mon intention c’est de vous parler d’un sommet que j’organise du 17 au 26 mars prochain autour de l’élan créateur qui pour moi est un élan de vie. C’est à dire au plus on va être connecté à sa créativité et au plus on va se sentir vivant, vivante. Pour moi c’est vraiment essentiel aujourd’hui, dans le monde tel qu’on le vit, dans la période de vie qu’on est en train de traverser également qui n’est pas facile, je pense que se reconnecter au vivant c’est primordial.

Michel : 07:46 Dans l’entrepreneuriat ou dans les carrières. On parle du bien-être, du bonheur au travail et ce sont des aspects sur lequel on est moins attentif. C’est notamment se reconnecter mais aussi stimuler sa créativité. C’est « stimuler la créativité », c’est un mot que je n’entends jamais quand on me parle de bien-être au travail. Pourtant, c’est primordial, c’est un élément clé. Et quant au projet Midoricast qui parle de l’environnement et de la santé mentale, ben oui, notre créativité fait partie de la pyramide des besoins qu’on a pour être bien dans sa tête. Est-ce que tu confirmes cette affirmation?

Patricia Olive: 08:15 Complètement. Et moi j’aurais envie de rajouter la santé physique dans l’idée du corps aussi. Il y a aussi le bien être mental, mais aussi le bien être corporel, qu’on met souvent de côté ! C’est à dire que je pourrais te partager, partager aux auditeurs que 90 % des gens que j’accompagne ne connaissent pas leur corps en fait, n’ont pas appris à l’école ou avec leurs éducateurs, leurs parents à prendre soin de leur corps. En fait le corps est complètement mis de côté, est secondaire par rapport au mental, par rapport à l’intellect et malheureusement, beaucoup, beaucoup de gens souffrent de ça puisque ils se rendent compte au bout d’un certain nombre d’années notamment, qu’elles auraient mieux fait de s’occuper un petit peu plus de leur corps, d’avoir un plus grand équilibre corps esprit, tu vois. Et au travail, évidemment que ça a un impact. La posture au travail, notamment au niveau de l’ergonomie tu vois, quant à son bureau par exemple, ou la manière dont on se tient par exemple, si on travaille beaucoup debout il va falloir trouver comment bouger régulièrement, que ce soit les épaules, que ce soit les jambes, respirer, aller prendre l’air plutôt qu’aller fumer.

Michel : 09:24 Oui c’est ça parce qu’en fait tu dis « voilà, les gens ne se rendent pas compte qu’ils ont peut-être trop négligé l’aspect effort physique et mouvement physique » et tout de suite, dans l’esprit des auditeurs, pourrait s’instaurer l’image de elle sous-entend que je devrais aller faire mon jogging tous les matins. Non, on parle même pas encore de ça (Patricia Olive : Non). On parle d’encore plus basique. On parle déjà de faire une mini pause, des mini siestes, de bouger (Patricia Olive : C’est ça), de faire quelques mouvements du coup, mouvement des bras. Déjà ça, ça peut changer tellement de choses !

Patricia Olive: 09:48 C’est ça.Et en fait il y a, tu as tout à fait raison, il n’y a pas besoin de beaucoup de temps, mais il y a besoin d’attention en fait.

Michel : 09:54 Et de régularité !

Patricia Olive: 09:55 Voilà, et de régularité, tout à fait. C’est à dire de comment je respire, tu vois, ça commence de comment je respire : est-ce que je sais respirer, comment je marche? Est-ce que je déroule mes pieds? Alors mes chaussures qui sont souvent trop serrées ou, voir les femmes avec des talons ben je vous conseille de ne pas toujours porter des talons puisque ça a un impact sur votre dos etc. etc. Il y a beaucoup de choses à revoir dans la santé mentale, aussi, puisque l’impact de notre attention au corps va avoir un impact sur notre santé mentale également, évidemment.

Michel : 10:25 Et à savoir que les femmes sont plus exposées encore par rapport à ce que tu dis parce que j’ai un peu fait de paramédical, donc j’ai un peu appris ça à l’école, c’est que quand on vieillit au niveau du corps féminin on développe aussi une plus grande forme d’ostéoporose avec le vieillissement parce qu’il y a un jeu hormonal (Patricia Olive : Oui ). Donc c’est vrai que si en plus on n’a pas pris soin de son corps ou on n’a pas fait attention à ces vertèbres, c’est peut-être là aussi que ça va commencer à faire le plus mal. Je pense qu’effectivement les femmes ont besoin d’être particulièrement vigilantes sur l’aspect osseux et vieillissement des os.

Patricia Olive: 10:54 Oui, oui, oui. En fait c’est aussi une manière de se tenir. Je reviens à cette idée de posture, c’est que, au plus vous allez vous auto grandir… Bon après vous savez un peu, ça c’est ma tendance de danseuse qui va vraiment avoir un dos très long, une nuque longue, spacieuse, ça m’a beaucoup appris, la danse m’a beaucoup servi, ça il y a des restes évidemment. C’est comment je m’auto grandis plutôt que je vais dans la tendance du corps qui petit à petit se rétrécit et devient plus, on va dire, mou. Comment je continue à garder de l’extension dans mon dos pour faire en sorte que mes poumons déjà aient toute leur place pour bien respirer, mais aussi pour éviter que les vertèbres glissent enfin, frottent l’une sur l’autre et créent de l’arthrose, tu vois ?

Michel : 11:42 Exactement. Et puis il y a aussi le diaphragme. Si on est une position trop repliée sur soi (Patricia Olive : Oui ), il joue moins son rôle dans la respiration et c’est pas forcément non plus idéal d’être tout le temps recourbé vers son bureau et plié en deux sur son bureau, pas seulement pour le dos et la nuque et les vertèbres, mais aussi pour justement tout ce qui est musculaire et notamment le diaphragme. Alors Patricia, tu agis, tu interviens en entreprise à l’heure actuelle ou est-ce que c’est quelque chose que tu as mis dans tes plans?

Patricia Olive: 12:03 Alors dans les entreprises, non, pour l’instant j’ai pas tellement développé cet aspect-là. Ça m’est arrivé d’intervenir pour des entreprises, mais ça n’a pas été, on va dire, ce que j’ai le plus développé et je serais tout à fait heureuse si j’y étais invité parce que je trouve qu’il y aurait beaucoup, beaucoup de choses à faire dans les entreprises au niveau du corps, de la relation à l’autre, de la façon dont on prend l’espace.

Michel : 12:26 Ça peut rapprocher les gens en plus 

Patricia Olive: 12:29 Complètement, ah ouais, ouais, c’est extraordinaire. Pour ça, la danse c’est vraiment, c’est en fait, on se fait toute une idée tu vois, sur ce qu’est la danse, on croit qu’il faut être doué, qu’il faut avoir de la technique, etc. Alors que la danse, c’est en nous hein ! Tout le monde l’a en soi, c’est surtout dépasser des barrières, des croyances, les freins qu’on a sur l’idée de son corps. Et justement en apprenant à être plus attentif à son corps et progressivement à mieux l’aimer, à l’habiter, que on se rend compte que c’est un trésor en fait. Et tu vois dans corps il y a « Or » et dans trésor il y a « Or ». Et pour moi le corps est précieux.

Michel : 13:04 Il est magique ce jeu de mots. Alors Patricia, si moi je suis directeur des ressources humaines et que je t’écoute en ce moment, là tu viens de dire le mot qui me fait sombrer vers « OK, tu m’as convaincue, viens dans mon entreprise, aide mes employés à se sentir mieux, à communiquer mieux, à être mieux ensemble, à découvrir mieux leur corps, à en prendre mieux soin ». A une entreprise, qu’est-ce que tu proposerais dans la pratique? Tu y a déjà réfléchi ?

Patricia Olive: 13:22 Alors oui, j’ai déjà évidemment fait ça. Donc j’ai une idée aujourd’hui et puis si tu veux, petit à petit avec le temps, j’ai créé on va dire une méthode que j’appelle danse et sens avec le jeu de mots (Michel : De nouveau). Essence donc tu vois… Où on va aller connecter avec sa propre essence, sa véritable nature (Michel : Oui). Et donc ben qu’est-ce que je vais faire ? C’est ce que je disais tout à l’heure, je vais leur apprendre les bases, déjà. A respirer plus amplement, à marcher et petit à petit à déverrouiller leur corps en travaillant sur leurs articulations pour articuler leur corps. Je vais leur apprendre à bouger dans l’espace. Il y a beaucoup de jeux que j’ai mis en place, deux par deux, en demi groupe, sur vraiment des choses archi ludiques, des bonnes musiques qui font qu’on se lâche et petit à petit tout le monde sourit, je peux te dire. Et il y a même des rires qui arrivent très souvent puisque en fait.

Michel : 14:15 Déjà en t’écoutant on rit quoi, on a envie de rire, ça a l’air très fun quoi !

Patricia Olive: 14:19 Ah ouais, ouais, ça lâche, ça lâche, ça lâche, ça lâche la tête et le corps et les muscles qui sont souvent très tendus tu vois. Et petit à petit, on respire. Et tout d’un coup, il y a quelque chose à l’intérieur qui s’expanse, il y a quelque chose qui s’ouvre et quelque chose qui fait que on a « plus » envie d’être en relation. Et c’est vrai que moi par exemple j’étais intervenu auprès du département de l’Isère en France pour les personnes de la voie publique, avec des grosses chaussures, et donc je leur ai… J’ai commencé par leur demander d’enlever leurs chaussures, d’enlever leur veste, de commencer d’enlever d’une certaine manière leur costume tu vois ? Pour aussi être plus à l’aise dans leur corps. On a commencé assis sur une chaise et petit à petit, petit à petit, je leur ai montré des choses, mais vraiment très, très, simple. J’ai commencé tu sais quoi ? Par leur parler de la mort de ma maman, et en fait le fait de parler de la mort de ma maman qui est morte de la SLA,  c’est la sclérose latérale amyotrophique qu’on appelle aussi la maladie de Charcot. Et j’ai vu ma maman partir en un an et demi de cette maladie mais vraiment très difficile. Parce qu’en fait au bout d’un moment elle ne pouvait plus parler, puis elle ne pouvait plus manger, puis en fait elle a fini par ne plus pouvoir respirer et puis finalement elle est décédée… Et le fait de voir son corps petit à petit, on va dire, se paralyser progressivement – parce que c’est un problème au niveau du système nerveux – Ben je peux te dire que moi danseuse qui connaît tellement mon corps et la voir comme ça c’était vraiment terrible. Et en fait je me suis dit « Ben là il faut vraiment que j’aide les gens à prendre soin de leur corps, mais jusqu’au bout, être vivant jusqu’au bout, pas à moitié vivant mais pleinement vivant », tu vois. Et en fait, le fait que je commence l’atelier par ça, ça les a vachement touchés, parce que tout le monde est touché d’une manière ou d’une autre par un être proche qui a un cancer ou qui a une maladie grave, et en fait mon atelier il a super bien marché ! J’ai réussi à les faire danser, ceux qui étaient les chefs, ceux qui n’étaient pas les chefs, ceux qui avaient jamais vu l’autre bouger et rire et jouer avec l’espace. C’était vraiment extraordinaire.

Michel : 16:32 C’était pas prévu qu’on parle de cet aspect-là, mais moi je voulais t’y conduire et je te les proposais parce que je vois le lien possible. Et effectivement, comme tu le dis si bien d’ailleurs dans ton témoignage, le chef dans son équipe qui commence à bouger devant les personnes dont il est responsable, va forcément aussi dévoiler un peu d’humanité, d’authenticité par le corps, par la gestuelle et inversement avec les personnes qui travaillent en collaboration avec lui. Donc il n’y a pas plus magique parce qu’on est souvent dans les clichés mentaux, dans la réflexion intellectuelle, alors qu’en fait on oublie que rien que le fait d’oser quelque chose, d’être authentique et le corps et le mouvement, ça peut changer totalement une relation entre deux êtres. Et d’ailleurs les gens qui ont un hobby qui consiste à faire de la danse, de la salsa en cours du soir et les choses comme ça, et bien souvent ils créent des liens très forts avec ceux qui sont dans le groupe de danse avec eux, même si ce n’est qu’un hobby. Donc voilà, moi je pense que là on a fait un beau clin d’œil aux entreprises en leur disant les gars, on vous propose plein de choses, on vous propose des bacs potagers, on vous propose du taï-chi, on vous propose du yoga, des massages. Mais on vous a encore jamais proposé de la danse ? En équipe comme ça, avec une intention de faire attention au corps et au mental ? Eh bien, c’est le moment d’y penser. Patricia Maintenant, on va revenir au vif du sujet (Patricia Olive : Oui), c’est un événement que tu organises, je vais te laisser nous dire de quel évènement tu parles et de quoi va être-t-il fait ?

Patricia Olive: 17:41 Oui, alors donc, c’est un sommet en ligne, un sommet virtuel que j’organise une fois par an. J’en ai déjà organisé deux, un qui était autour du body mind, l’autre autour de la relation à la nature et à sa nature qui ont amené 4000 personnes à participer à ce sommet. Là, cette année, c’est l’élan créateur, l’élan de vie. C’est vraiment autour de la créativité pour inspirer le public, les auditeurs à réfléchir à leur propre créativité. Et il y en a qui croient, qui ne sont pas créatifs alors que tout le monde l’est. Et ça va beaucoup mieux en le sachant.

Michel : 18:16 J’aimerais signaler ici qu’on a tous de la créativité, mais le problème c’est qu’elle est bridée. C’est à dire qu’on est dans un système où on est constamment en train de penser à la productivité qu’on doit assumer au travail, où dans un système où il faut toujours être performant, montrer le meilleur de soi et finalement on a une charge mentale. Cette charge mentale nous parasite l’esprit et c’est elle qui va faire que notre créativité est atténuée et descend chez ceux qui y sont plus sensibles. Parce que tu vas me dire, y a encore des gens qui restent créatifs malgré tout, mais si on regarde les moyennes, c’est que les gens qui perdent une partie de leur créativité, c’est la charge mentale qui joue un rôle énorme. Je pense.

Patricia Olive: 18:46 Complètement. Donc en fait, la charge mentale pour moi est vraiment un problème parce que ça prend beaucoup de place, ça nous met beaucoup de pression, ça a tendance à avoir un impact effectivement sur notre corps, mais c’est aussi évidemment sur notre créativité. C’est à dire qu’on veut tellement bien faire, tellement être reconnu, tellement être aimé qu’on ne va pas y aller tu vois, il y a aussi cet aspect de syndrome du perfectionniste qui va dire soit c’est parfait, soit c’est rien quoi. Et là, l’idée c’est de montrer à travers ce sommet que d’initier certaines personnes, mais aussi d’inspirer d’autres qui sont déjà dans la créativité, qui ont déjà un pied dedans et qui ont peut-être aussi le syndrome de la page blanche comme ça nous arrive à tous et qui vont en fait découvrir d’autres façons de faire, d’autres manières de prendre les choses avec un autre regard, un certain recul. Et donc l’idée là, c’est d’inspirer les gens et de leur donner des pistes pour justement stimuler leur créativité.

Michel : 19:42 Et je pense que la danse, et ce que tu amènes, ont la particularité aussi de participer à cet allègement mental où on lâche prise finalement. C’est un peu comme la Mindfulness quand on dit prendre conscience de ta respiration. La danse, elle, va te faire prendre conscience de ton corps et ça change tes idées et tu ne focalise… En fait, le problème c’est de focaliser et on focalise tout le temps. Et ici ce que tu proposes c’est d’arrêter de focaliser sur une direction, d’ouvrir son esprit à toutes les directions.

Patricia Olive: 20:04 C’est ça, c’est d’ouvrir les perspectives, le champ – tu vois – de vision périphérique. C’est-à-dire, t’as tout à fait raison, de focaliser ça nous crée une forme de pression et de restriction je dirais. Et en fait dans le travail de l’espace, tu vois, et de la relation à l’autre aussi, et à la nature également. Ça nous ouvre des perspectives, ça ouvre à la différence aussi. Donc c’est vraiment presque une question de santé sociale. C’est que le fait de bouger va amener une forme de créativité et le fait d’être créative va nous faire bouger, tu vois. Donc ça va dans les deux sens.

Michel : 20:40 Alors quand est ce qu’il aura lieu ce sommet Patricia ?

Patricia Olive: 20:41 Il va avoir lieu deux grands weekends, en fait ça commence le vendredi 17 mars jusqu’au 19 mars et puis ça reprend le vendredi 24 mars jusqu’au dimanche 26 mars. Donc c’est deux gros weekends avec 17 intervenants, des personnes qui sont artistes mais pas que. Des personnes qui réfléchissent à la créativité en entreprise notamment, mais aussi à la créativité tout court au quotidien. Il n’y a pas besoin d’être artiste pour être créatif. En fait, la créativité n’est pas réservée aux artistes. Tout le monde donc peut l’être, même en faisant un plat, un ikebana, un jardin, une robe, la couture, tu vois. Et c’est vraiment au quotidien qu’on peut avoir un regard qui est plus ouvert, un regard qui va nous amener à rencontrer d’autres façons d’être au monde, d’autres personnes aussi. Et voilà. Et donc l’idée de l’équipe que j’ai invité à participer à ce sommet, c’est d’amener plein de points de vue, plein de regards différents sur la créativité.

Michel : 21:43 La créativité Patricia, j’ai envie d’aller plus loin que toi encore, elle joue aussi même un rôle dans – et on en parlera avec Olivier – la sexualité mais surtout, surtout, moi je vois ici un point important dans l’éducation de ses enfants. Si on est créatif, on peut trouver de meilleures solutions aux problématiques que l’éducation peut nous poser. Parce que soyons clair, il n’y a pas de manuel pour être le parfait papa et la meilleure maman du monde. Et dans les parcours des adolescents il n’y en a jamais deux pareils, ou des enfants il y en a jamais deux pareils. Donc à un moment donné, il faut en tant que parents être aussi créatifs. C’est peut-être à un écart que je fais, mais je pense qu’il est important de le souligner aussi.

Patricia Olive: 22:13 Oui, oui, tu as raison. D’ailleurs dans la présentation du sommet, le public que je vise, je vise aussi les parents tu vois. Pour amener justement une façon d’être avec eux différente, enfin plus ouverte, une forme d’écoute en fait et de culture aussi, soyons clair, la culture elle va jouer beaucoup hein. Au plus on va aller au musée, même si on s’y connaît rien, au plus on va aller au cinéma, au plus on va lire de livres, au plus on va ouvrir la vision sur la culture ou même des cultures étrangères, je trouve ça, ça, ça apporte énormément.

Michel : 22:46 S’ouvrir à la culture, c’est aussi s’ouvrir à la réflexion, mais à se repencher sur le sens de la vie. Et quand les gens font un burnout, ce qui revient souvent après leur burnout, c’est qu’ils sont en recherche de sens. Et puis après, directement après le sens, quels sont les mots clés qui vont venir ? Ben c’est les mots clés comme les valeurs. Parce que avoir du sens au travail, c’est aussi mettre une valeur et retrouver ses propres valeurs. Donc voilà, c’est très large, mais je te laisse nous donner un aperçu des différents intervenants qui seront dans ce sommet.

Patricia Olive: 23:10 Déjà pour commencer le parrain du sommet c’est Thierry Janssen, qui est à Bruxelles d’ailleurs, peut-être que tu le connais c’est le fondateur de l’école de la posture juste, qui va nous parler de au-delà de nos peurs, écouter l’élan de vie à l’intérieur. Donc tu vois, il va ouvrir le sommet avec moi le 17 mars, puis on va avoir différentes rubriques et notamment « Créativité et énergie sexuelle » avec Olivier Mageren notamment, avec lequel on va faire un podcast aussi. Lui, il va nous parler de sexualité et élans créateur. Il y a également Isabelle Chappuis qui va nous parler de jouir pleinement de la création. Donc il y a créativité et art évidemment. Et justement, Hélène Gadoury qui est une photographe qui va nous parler de transformer son regard. Isabelle Robin qui est une art thérapeute belge aussi, elle c’est : « s’inspirer, n’est pas tricher ». En fait, on peut s’inspirer des artistes sans forcément copier, oui tu vois c’est un peu ça l’idée. « Créativité et identité » qui est un thème cher à mon cœur avec Victoire Theismann qui était une comédienne, une psychothérapeute également, psychanalyste jungienne, qui elle va nous parler de « Et si j’ouvrais mon cœur à l’enfant intérieur », Olivia Colboc qui est une pianiste… Alors je ne vais peut-être pas tous les citer… Nathalie Hanot, psychologue clinicienne qui habite aussi en Belgique. Elle, elle va nous parler du « tarot créatif ». Il y a une Québécoise, Alice Albertini, qui est art thérapeute, qui va nous parler, nous dire, « jouer pour ouvrir le flow créateur ». Enfin tu vois c’est assez varié, il y a d’autres rubriques, je vais peut-être pas cité tous les intervenants mais les autres rubriques c’est « Créativité et intériorité », « créativité et nature », « créativité et féminin ». Tu vois, c’est assez vaste.

Michel : 25:02 On va donner, Patricia, une URL parce que où est ce qu’on va trouver le complément d’infos qu’on n’aurait pas pu dire dans ce podcast ? Et puis où est ce qu’on va trouver la liste de tous intervenant intervenants ? Est-ce qu’on peut participer à une des deux dates ou on est obligé de participer à toutes les dates ? Ça c’était une question importante avant qu’on donne le lien.

Patricia Olive: 25:15 Alors on peut participer quand on veut. En fait, il y a une participation aux frais entre 3 et 5 € selon les bourses et selon les dates auxquelles vous allez vous inscrire. Vous pouvez participer quand vous voulez. L’accès aux interventions est valable avec votre pass pendant 24 h, puis après on a un coffret qui comprend évidemment les 17 interventions, expériences, accompagnées d’un bonus de chaque intervenant qui sera vendu.

Michel : 25:43 Wow ! Donc ça c’est vraiment une belle opportunité pour ceux qui nous écoutent et ceux qui vont surtout participer à ce sommet. On vous invite, chers auditeurs, à aller sur le lien qu’on mettra dans le descriptif de l’article pour vous inscrire. Sinon Patricia on va quand même donner l’adresse de ton site internet. Tu as un site internet ?

Patricia Olive: 25:55 Oui bien sûr. En plus il est tout neuf, je l’ai refait faire là en septembre dernier donc ces trois W points danse et {ET} sence .com

Michel : 26:06 Patricia, je crois qu’on a donné, je pense, assez envie aux auditeurs d’aller participer à ce sommet et d’écouter, de s’y intéresser du moins (Patricia Olive : J’espère) je l’espère aussi. Est-ce que tu as des concurrents dans le secteur? Des gens qui font la même chose que toi?

Patricia Olive: 26:20 C’est une super question. Alors j’en ai, mais évidemment pas exactement comme je fais. Donc, moi si tu veux ma spécificité c’est quand même la relation à la nature et aux saisons. Car dans ma formation et dans mes accompagnements, je m’appuie beaucoup sur la saisonnalité. C’est à dire que les saisons vont avoir un impact sur nos étapes de vie et vice versa. Et donc en fait, je m’inspire de ce qui se passe dans la nature pour essayer d’être le plus en harmonie possible avec. Alors j’ai personne qui fait exactement la même chose que moi évidemment, on est tous uniques au monde, encore heureux. Mais j’ai des collègues qui font du BMC, j’ai des collègues qui sont danseurs, je connais des personnes qui travaillent aussi autour de la nature. Aujourd’hui, d’ailleurs, c’est la grosse mode. Moi, j’ai commencé ça il y a 35 ans, mais même plus que ça à 43 ans. C’était un peu bizarre à l’époque.

Michel : 27:12 C’est ce que j’espérais que tu allais souligner parce que tu vois, c’est quand on dit dans le marketing ta « Add Value Proposition », ben elle est là ta « Add Value Propposition », ta valeur ajoutée qui te différencie de tout le reste. C’est que toi tu ne le fais pas par un aspect de mode, tu le fais – on l’a dit tout à l’heure – parce que tu t’es reconvertie professionnellement, parce que ça te touche humainement – quand tu as parlé de l’expérience avec ta maman notamment – parce que tu es passionné, parce que tu le fais depuis longtemps et que tu as compris depuis très longtemps l’impact positif. Et c’est peut être cette touche là qui va me permettre de faire une conclusion sur ce podcast et de dire, voilà, ici on a une approche qui est vraiment unique parce que tu es unique !

Patricia Olive: 27:45 Rires – Je te remercie beaucoup Michel.

Michel : 27:46 C’est un mot de conclusion très sincère en tout cas de ma part. Et j’ai envie de dire que si les auditeurs ont envie d’applaudir ce que tu fais, qu’ils y participent ou pas, à la limite… C’est important d’y participer mais s’ils ne peuvent pas pour une raison « X » ou « Y », ils peuvent de toute façon déjà t’applaudir et te remercier comment ? Et bien ils peuvent tout simplement partager ce podcast et faire un commentaire, ça aide cet épisode à être plus populaire, et mieux vu sur les réseaux sociaux, et du coup c’est te récompenser aussi et c’est te donner une opportunité d’être découverte par d’autres personnes. Ça c’est une première chose qu’ils peuvent faire ! (Patricia Olive : complètement). Ils peuvent aussi, s’ils le souhaitent, te laisser un message vocal. Nos podcasts vous proposent un répondeur et vous pouvez vous enregistrer et envoyer un message vocal à Patricia en lui posant une question, en la remerciant, en lui faisant un commentaire, et je lui transmettrai c’est promis. Assurez-vous juste de bien entendre votre voix, que la qualité du son soit bonne avec un bon micro, c’est tout ce que je vous demande. Ce sera quand même plus sympa et plus agréable pour elle à écouter. Alors Patricia, un dernier mot de la fin? Est-ce que t’as encore envie de passer un dernier message à nos auditeurs ?

Patricia Olive: 28:42 Je dirais pour moi un des mots clés aussi, en vieillissant hein, mais c’est pas qu’une histoire d’âge, c’est « ralentir ». Ralentissez – rires – dans l’idée de trouver un plus grand équilibre action-repos. Car dans notre société on est beaucoup : action, action, action, action, action, mais on a une grande difficulté à réguler le système nerveux puisque nous ne nous ressourçons pas suffisamment. Alors que le système nerveux aurait besoin d’avoir autant quasiment de repos que d’action. On en es loin, loin du compte.

Michel : 29:12 Ouais, clairement. Alors Patricia tu as parlé souvent de ton âge mais moi, quand je t’entends parler, j’ai l’impression d’avoir quelqu’un de très jeune finalement à côté de moi et avec l’espérance de vie féminine je crois qu’en fait tu n’es à peine qu’à la moitié de ta vie et ça promet d’être très long parce que t’as plein de bonnes idées et tu prends soin de ton corps. Et on a envie que les gens qui nous écoutent fassent la même chose que toi finalement, prennent soin de leur corps. Ça, ce sera mon mot de la fin (Patricia Olive :Ouais). Merci à tous de nous avoir écouté (Patricia Olive : Merci), de nous avoir accordé votre temps. On vous retrouve pour de prochaines aventures. Abonnez-vous, ça nous fera aussi plaisir et à très bientôt. Au revoir.

Patricia Olive: 29:41 Merci beaucoup.

Jingle Outro : 29:44 Recherche de fréquence radio (mode anciens postes de radio : grésillements), une chaîne se capte et le son se stabilise : on entend « You’r listening The Podcast Factory ».

Michel : 29:46 Ce projet podcast est une initiative créée et proposée par l’ASBL « The Podcast Factory Org » avec le sponsor des transforma bxl – Innovation Playground. Et vous retrouvez tous les épisodes sur le site «What’s Your Story .be».

Tous nos podcast hrmeetup.©

Tous nos podcast de Midoricast

 

 

 

Play

Michel Godart

Passionné par la technologie, l'humain, féministe et écoresponsable, Michel Godart a pour objectif de vulgariser un maximum l'information. Dans tous ses projets podcast, il souhaite inspirer par les exemples qu'apportent ses invités au micro. Le podcast est pour Michel un garant de démocratie : c'est un média produit PAR le citoyen POUR le citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *