fbpx

Le Full Digital (FDWOW) Télétravail ça vous tente ?

Le Full Digital
Subscribe

hrmeetup.© podcast #471 Série spéciale – Viviane Kock – Nest Your Desk : le workplace de demain, « Le Full Digital » ?

Visionnaire, Viviane Kock nous partage sa vision et nous explique pourquoi ce concept, « Le Full Digital » (FDWOW), à un bel avenir selon elle.

Dans cet épisode on va faire une première analyse globale avec les craintes qui, à certains égards, feraient un lien et raisonneraient avec la chanson d’Alain Souchon ? (si on remplace le mot « le full digital » par sentimental.)

« On a la vie en rose, le rose qu’on nous propose…

On a soif d’idéal, attirée par les étoiles, les voiles..

…un mieux, un rêve »

Si vous êtes sourds ou malentendants, nous commençons aussi, quand nous avons les ressources nécessaires, à retranscrire nos podcasts en textes. Vous retrouvez le texte ci-dessous.

Plus sérieusement, Viviane nous propose des premières pistes de réflexion et pour nos auditeurs elle a préparé d’autres capsules pour aller plus en détail sur les éléments-clefs. Ces épisodes seront diffusés bientôt et à espace régulier.

Passionnée, désireuse d’accompagner les entreprises qui souhaitent aller dans cette direction, elle partage son expertise, son expérience, les leçons qu’on peut déjà tirer de la première transition faite. Une transition forcée par une pandémie et où l’on constate maintenant quelques balbutiements, des hésitations, de la part des entreprises…

Certaines en questionnement, d’autres ayant déjà arrêté leur choix…mais comment ne pas refaire la même erreur et éviter le manque d’anticipation? Viviane vous invite, après avoir tiré votre plan dans l’urgence, utilisé votre plan « B », à réfléchir à un plan « C »… 

De quoi sera fait demain, nul ne peut l’affirmer, si on écoute les scientifiques le scénario risque bien de se répéter…mais le rôle du dirigeant, du DRH, du manager, du gestionnaire n’est-il pas d’anticiper ?

Trois opportunités vous sont aussi proposées dans cet épisode :

  1. Il est accompagné d’un sondage Linkedin : nous vous demandons de donner votre avis et surtout d’ajouter un commentaire pour expliquer votre choix parmi les propositions faites.

Pour permettre les deux autres, on va vous faire suivre le lien d’écoute qui vous conduira chez l’un de nos hébergeurs du podcast hrmeetup : Vodio.fr (Une solution d’hébergement de podcast gratuite proposée par nos amis « BadGeek »).

  1. Vous pourrez sur la page de l’épisode, depuis BadGeek, laisser un message vocal qui sera réutilisé pour répondre à votre question dans l’un des épisode suivant ! 
    Votre voix peut donc se faire entendre. 
  2. Sur la même page ou depuis cet article, dans le descriptif de l’épisode, vous trouverez le séquençage : une minute indiquée pour chaque question / sujet et vous pourrez ainsi directement écouter le passage qui vous intéresse le plus.

Bonne écoute.

Écoutez ce podcast via notre chaîne Youtube :

 

Transcription du podcast sur « Le Full Digital » (FDWOW) et son séquençage :

00:20 Michel Godart : Je ne vais pas trop faire de suspense mais je retrouve une personne : cette personne elle innove, elle était une première à innover quelque chose où beaucoup de monde ne la suivait pas et puis les événements et la pandémie nous ont montré qu’elle était en plein dans la vérité et là aujourd’hui elle va vous parler d’un autre sujet où elle est encore une fois en avance sur son temps je pensais un peu visionnaire Viviane 

Les auditeurs qui nous suivent savent que tu parles d’environnement de travail et de télétravail que tu accompagnes les gens à améliorer l’espace de télétravail à la maison ainsi que leurs conditions.

Aujourd’hui, quel sujet t’amène ?

01:47 Viviane Kock : En 2022 on va aller un cran plus loin ! Grâce au COVID, on a pu rebondir, on a prouvé toute la résilience et l’intelligence collective de pouvoir mettre en place un télétravail qui était malheureusement forcé mais qui nous a apporté tant de réponses pour essayer de réfléchir aussi à la question « Est-ce qu’on n’irait pas en digital 100% ? Ce fameux full Remote 

02:14 Michel Godart : Tu avances d’un cran et tu dis « Et si on passait au full digital ?»

Donc l’entreprise qui va recruter quelqu’un qui va lui dire ton lieu de travail c’est chez toi c’est ta maison ? Ça pose des challenges et des questionnements ça quand même 

02:26 Viviane Kock : Ah c’est clair et c’est pour ça qu’il faut que l’on prépare le terrain. On n’a pas eu le temps pour beaucoup d’entreprises d’être préparées pour la COVID. Donc il y avait beaucoup d’entreprises qui n’avaient pas de plan B pour le télétravail. Aujourd’hui, moi j’invite les entreprises à avoir un plan C.

02:40 Michel Godart : OK, je vais faire l’avocat du diable : il y a des entreprises qui vont te dire « Oui mais tu sais la COVID on va en sortir. Ça ne va pas durer éternellement, la médecine évolue, on va finir par voir le bout du tunnel de cette horreur ».

02:51 Viviane Kock : Heureusement Michel que ce COVID n’est que passager. Le télétravail forcé a créé beaucoup d’inconforts liés au confinement et je peux tout à fait comprendre qu’on ait envie de retrouvailles au bureau. Moi je suis la première aussi, même si je fais la promo du télétravail ; j’ai besoin de sortir de voir du monde. Je travaille parfois dans un espace de coworking, un hôtel, une brasserie. Bref je sors aussi de chez moi.

03:14 Michel Godart : Viviane, mais de toute façon même si la COVID sera maîtrisé, les scientifiques nous ont alertés que par nos comportements et notre façon de détruire l’environnement et notre proximité avec la nature, d’autres virus vont se multiplier, apparaître. Je crois que ce n’est pas parce que la crise va s’arrêter qu’on ne va pas aller vers autre chose.

03:29 Viviane Kock : On aura d’autres crises qui nous attendent. Donc il faut quand même penser à un plan C 

03:33 Michel Godart : Tu réponds quoi aux entreprises qui vont te dire « Oui mais la COVID c’est passager. On va vite revenir au bureau ».

03:38 Viviane Kock : Je dirais : « Réjouissons-nous de nous retrouver et de réfléchir comment on va dessiner le futur ». C’est bien triste que parfois on lit des articles sur le net sur le bureau est mort, le télétravail est mort. On est juste en train de raviver notre flamme intérieure de ce qu’on veut chacun : on est plus orienté individuel que collectif et quand j’entends qu’il y a des entreprises post COVID qui veulent encore décider du rythme de ses télétravailleurs pour toute une collectivité c’est dommage. En même temps je connais aussi des entreprises qui vont proposer du télétravail jusqu’à 3,4 jours semaine et ils ne doivent pas avoir peur parce qu’il y en a qui sont demandeurs de revenir aussi sur site.

04:18 Michel Godart : Selon toi Viviane, qu’est-ce qu’on définit comme le travail hybride ?

04:21 Viviane Kock : Le travail hybride en fait c’est cette liberté de lieux qui va au-delà du domicile légal. C’est vraiment pouvoir être à l’écoute de ses besoins individuels selon l’humeur, le contexte de sa vie privée, des tâches qu’on a besoin de faire, du focus et d’autres moments où on a envie de se retrouver. Mais le bureau n’est pas la seule adresse pour se retrouver en fait.

04:46 Michel Godart : Mais toi qui défends justement le fait que c’est agréable de reprendre les contacts avec les collègues au travail. Comment es-tu arrivée à la conclusion de te dire « On va même aller vers des entreprises qui sont full digital.

Cela va impliquer un changement de comportement et de culture vers ses employés qui tout d’un coup vont se retrouver full digital alors que déjà au sein de ses équipes il y a déjà opposition entre pour et contre inconvénients avantages. Ça c’est dans le cas le plus difficile et puis il y a le plus facile ; c’est l’entreprise qui débute qui s’ouvre, qui vient d’être créé et qui se dit dès le départ « Je n’engage que des gens pour du télétravail » et là il y a toute une autre série de questions qui vont se poser. Qu’est-ce que je paye pour ça ? Comment j’interviens ? Est-ce que les gens vont être intéressés par cette approche ? Est ce qu’ils voudront travailler pour moi ? Il y a plein de questions 

05:33 Viviane Kock : Alors je reprends ton mot « tout d’un coup » : en fait le « tout d’un coup » est liée au COVID ; l’effet de surprise. Aujourd’hui je souhaite aux entreprises qu’elles ne soient plus surprises par une autre crise et que au moins, elles aient dans leur tiroir un plan C au cas où elles voudraient transiter. C’est aujourd’hui qu’il faut commencer à malléer beaucoup plus les process de collaboration et pas à nouveau d’attendre. Sonder effectivement quels sont les profils qui ont envie d’évoluer vers le digital et comment est-ce que l’on va recruter des futurs profils qui vont répondre d’autant plus à des critères pour travailler à distance.

06:11 Michel Godart : Puis il faut inclure ça dans la société ; se dire que la culture doit changer pour s’orienter vers ça. Ce n’est quand même pas un moindre challenge. Et alors il y a un point sur lequel je vais interpeller en particulier ; il n’y a pas que la question de la volonté de l’entreprise et de l’individu mais il y avait aussi un contexte légal au télétravail ,au contexte d’assurance etc. On a évolué sur ce plan Viviane ? Si on va dans le sens d’une entreprise full digital, est-ce qu’on ne va pas déjà là avoir un premier frein ?  

06:36 Viviane Kock : Ce n’est pas un frein. Ce sont des réflexions qu’il faut mettre en place aujourd’hui. Comment est-ce qu’on va gérer le droit à la déconnexion parce que le maintien du bien-être en 100% digital sera un vraiment un point d’alerte continu. Il y a aussi les indemnités : ça va changer ça aussi. Donc les gains que l’on fait sur les open space, on va quand même les réinjecter dans d’autres postes.

06:59 Michel Godart : Là aussi il y a des entreprises qui jouent le jeu, qui donnent une indemnité à leurs employés pour le télétravail. Y en a qui ignorent complètement cette partie.

07:05 Viviane Kock : Ce matin j’ai lu encore un article mentionnant qu’il y a encore beaucoup d’entreprises qui estiment par le télétravail forcé ne pas encore adapter les indemnités. Donc voilà, on est encore en phase de transition. Il y a encore d’autres points au niveau du juridique ; ce sont les assurances. Ce sont les lieux de travail à distance : ce n’est plus que le domicile légal et il y aura Michel aussi maintenant cette opportunité de télétravailler dans un autre pays parce qu’on a de la famille qui habite à l’étranger qu’on peut visiter hors période scolaire parce que le vol sera moins cher. On peut continuer à travailler car je suis dans un espace calme avec un bon wifi ; c’est ça le futur aussi.

07:48 Michel Godart : Dans tout ce que tu amènes souvent au micro, il y a plein de bonnes idées, de bonnes initiatives mais aussi toujours un côté pervers à chaque chose, il faut songer aux réalités qui se présentaient. J’entends des feedbacks « Bah c’est chouette le droit à la déconnexion, mais attends, ne sois pas naïf, s’ils mettent un cadre légal par cette loi à la déconnexion mais que tu es censé répondre même quand tu es chez toi, en dehors du boulot » ….

08:19 Viviane Kock : Aujourd’hui il est essentiel dans un travail hybride de mettre en place une charte de collaboration où l’on décide comment rester joignable l’un pour l’autre, dans quelles conditions, avec quels outils.

08:32 Michel Godart : C’est aujourd’hui qu’il faut le clarifier pour que quand on cherche la faute à la personne tu n’es pas joignable, ta faute. Je prends l’extrême, j’exagère.

08:37 Viviane Kock : Ce seraient des abus de pouvoir horribles parce qu’alors on n’est pas du tout orienté sur le résultat et orienté sur l’humain. 

08:44 Michel Godart : L’idée de se dire « full digital » c’est venu comment ? Pourquoi tu penses que l’on va aller vers ça ?

08:50 Viviane Kock : Je pense qu’il y a une sorte de tabou de réfléchir à ça pour certains employeurs alors que d’autres vont même publiquement être très à l’aise pour annoncer leurs économies en supprimant les open spaces. J’ose espérer qu’il y a le juste milieu en disant « Oui on va faire des économies parce que l’on souhaite mieux investir dans nos employés. Ce seront des packs salariaux beaucoup plus attractifs. Ce seront des avantages qui seront autant bien pour le télétravailleur que pour leur famille. Donc on va voir des entreprises orientées sur les familles.

09:25 Michel Godart : C’est une belle façon de garder des talents ça. Et oui bien sûr, moi j’y vois une autre opportunité aussi ; on a notre studio et notre siège social ici. Imagine les entreprises qui se disent « Ouais mais c’est bien d’être full digital mais il faudrait quand même de temps en temps un endroit pour se réunir » Les espaces de coworking comme ici, ça va être génial parce que les entreprises pourraient se dire on prend un bureau avec une salle de réunion en coworking à l’année quand on a besoin de se réunir.

09:49 Viviane Kock : Michel, les espaces de coworking, ce sont mes alliés. On en avait déjà parlé. J’ai justement testé récemment un nouvel espace coworking où j’ai été reçue par la commerciale. On m’a demandé à la fin de la visite ce que je faisais et on m’a simplement dit « Ah, mais le télétravail c’est mort « Alors que moi-même je veux devenir futur membre d’un espace de coworking. Nous sommes encore dans ce discours où il faut faire un choix entre bureau et télétravail alors que tout est complémentaire. Moi j’adore le télétravail mais j’ai besoin de socialiser et si on propose un modèle d’organisation 100% online, cela ne nous empêche pas de nous rencontrer de manière formelle, informelle et je peux vous dire les entreprises optent pour du full remote investissent dans l’humain ; c’est à dire ils font par exemple des bootcamp.

10:46 Michel Godart : Est ce qu’il y a déjà des entreprises qui sont en full remote ou qui se dirigent dans cette voie ? On sait que la culture belge un peu plus prudente.

10:54 Viviane Kock : Oui Michel. Il faut quand même dire ce sont les États-Unis, la Scandinavie, les Pays-Bas, le Canada, l’Australie : tous ces pays sont inspirants et sont très confiants dans le full remote.  

En revanche, il faut vraiment adapter une culture très forte et tous les futurs profils que l’on recrute doivent vraiment matcher avec cette culture-là. 

11:24 Michel Godart : Moi ce que j’aimerais bien c’est que l’on n’arrive pas dans un nouveau « scénario surprise » forcé par les choses. C’est que ce Full Digital ça se prépare un peu comme tu dis, que ce soit un plan C vraiment réfléchi, bien pensé. Ça commencerait par interpeller les politiques pour préparer les lois. Ensuite par une sensibilisation des citoyens c’est ce qu’on va faire aujourd’hui avec ce podcast : un peu dire aux gens « Eh les gars, et si on pensait à songer au plan C : de dire le digital seriez-vous mitigé, pour ou contre ?

Quels seraient les inconvénients ? Quelles seraient mes questions si je suis pour le full remote ?

11:56 Viviane Kock : Effectivement, j’aime être visionnaire et j’aime anticiper les choses parce que j’ai tellement entendu et vu des inconforts dans les entreprises que cela devient nécessaire. C’est la culture de l’anticipation : on l’a bien prouvé pendant le COVID qu’il n’était pas présent. On se laisse surprendre et la culture d’anticipation elle répond aussi à la culture de prévention du stress et burn-out : on attend toujours que ça fasse mal pour faire bouger les plaques.

12:28 Michel Godart : Il y a des gens qui me disent au sein du monde RH que le type et le mode de travail va changer aussi contractuellement ; que l’on va se retrouver avec des modèles Uber du contrat d’employé et je me dis « Tiens est-ce qu’il y a un lien qui va se faire entre ce type de contrat et le full remote. Quand tu remets ces 2 idées visionnaires ensemble tu vois très bien vers quel avenir on peut aller. On peut aller vers un avenir de shopping ou c’est effectivement facilité par le côté full digital. Donc l’entreprise déteins là un avantage certai. Maintenant pour le travailleur aussi quelque part, ce n’est pas forcément un inconvénient. 

13:03 Viviane Kock : Il faut que les deux, l’employeur et l’employé, soient très critiques sur l’éthique. 

13:08 Michel Godart : On va interpeller les valeurs de l’entreprise !

13:10 Viviane Kock : Ah oui ! Tout ce que l’on a mis en place en tant qu’employeur au niveau éthique, aujourd’hui il va falloir continuer à développer ça dans la manière de recruter et de maintenir les talents, de proposer des contrats qui sont viables, stables selon les besoins. On va finalement inciter par ce mode de travail très autonome à l’esprit entrepreneur. Cela va être la piste de décollage pour collaborer beaucoup plus avec des salariés avec des freelances et c’est l’injection de ces freelances dans ces modes de collaboration qui va inciter encore plus de collaborer manière adulte. 

13:52 Michel Godart : On va surtout agir sur la motivation des employés parce que la motivation ce n’est pas forcément mettre la carotte avec le bâton : « T’auras ta prime à la fin de l’année. » Non ça ce n’est pas une vraie motivation. La vraie motivation c’est de se dire : « Moi j’ai envie de m’impliquer dans ma fonction ». Il y a des gens qui veulent retourner au bureau. Pourquoi ? Parce que c’était confortable, parce qu’en fait leurs habitudes c’était de montrer au patron qui bossait par le présentiel, j’ai fait mes heures, j’ai fait mes 8h. Ça c’est fini, c’est clair. On ne va se baser sur ce qui était délivré concrètement comme travail.

14:20 Viviane Kock : Ce qui est tellement intéressant dans la matière que je fais, c’est que le télétravail n’est qu’un effet miroir sur tout ce qui fonctionnait bien et moins bien. 

14:28 Michel Godart : En entreprise.

14:29 Viviane Kock : Voilà, le rôle du manager ce sera de sonder régulièrement la motivation des équipes pour être sûr que chacun trouve encore son sens et se confronter aux mesurables ; de ce qui fût produit, délivré. On va regarder plutôt ce que chacun y retrouve ; d’abord son sens.

14:38 Michel Godart : Et confronté aux mesurables, c’est le délivrante qu’on va surtout regarder.

14:43 Viviane Kock : Et ça a été très confrontant pour certains télétravailleurs pendant ce COVID : il y a eu des moments d’introspection forcés. Certaines personnes se sont rendues compte « Ben finalement est-ce que j’aime mon métier parce qu’en dehors de toute cette convivialité avec mes collègues au bureau, quand je suis tout.e seul.e en télétravail, je trouve ça moins sympa . Du coup, ce sont des opportunités de revisiter aussi son plan de carrière ; le sens au travail sa vision du travail, sa façon de le percevoir, de le prendre en main. Et que bien sûr que le rôle de l’employeur sera de l’accompagner et d’oser rentrer dans le questionnement. 

15:22 Michel Godart : Le gars qui fait que du   pour montrer qu’il bosse qui va se retrouver avec des livrables à fournir et qui va se dire « Bah zut en fait en concret, en dehors de mes temps à la machine à café avec mes collègues, je n’arrive à délivrer que pour 3h de travail sur 8h. » hahaha…Je te provoque sur ça parce que ça pose une autre question quand même « Ah oui on est tous d’accord dans une entreprise, surtout les grosses boîtes, que dans les 8h de travail ce n’est pas 8h non-stop la tête penchée sur le bureau, il y a des pauses mais ces pauses elles ne sont pas forcément réservées aux tire-au-flanc. Les pauses c’est aussi le lien social de l’entreprise, c’est ce qui fait la cohésion entre les équipes, ce qui fait le transfert d’informations. 

16:02 Michel Godart : Ceci nous amène à un autre débat qui sont les canaux de communication. Comment est-ce que l’on va les remplacer quand on va être en full digitale, on pense déjà à ce genre d’approche dans ces entreprises à l’étranger qui sont partis ?

16:14 Viviane Kock : Tout à fait. Les activités de rencontres formelles et informelles en live continuent à se faire. Cependant, ils sont bien organisés. On investit dans différentes formules ; il peut y avoir des bootcamp pour des sociétés internationales qui bougent par pays, chaque trimestre par exemple. Ces bootcamp durent de 2,3 à 7 jours pour ressouder les liens pour les prochains mois. Il y a aussi, et c’est ce que j’ai proposez moi pendant le COVID, se réunir dans des espaces verts. Post-Covid, on peut continuer à se rencontrer : il y a le partage des espaces de télétravail ensemble si on s’entend bien avec un collègue ! Et là c’est aussi le rôle du manager de se déplacer.

17:02 Michel Godart : C’est un bonne nouvelle ça parce qu’en fait c’est déjà une prémisse à une explosion des team event

17:09Viviane Kock :  Les agences événementielles qui vont se spécialiser en full remote. Elle s peuvent me contacter !

17:18 Michel Godart : Super, il y a des ponts à créer, des synergies !

17:20 Viviane Kock : Surtout que je viens de l’événementiel Michel. J’ai pendant plus de 23 ans une expérience et un savoir-faire dans l’évènementiel : donc je sais trop bien comment aiguiller les entreprises vers ce type de rencontres.

17:32 Michel Godart : Tu regardes à l’étranger, ça confronte et ça confirme ce que tu penses. Et la vision qui se prépare est ce que tu annonces ça j’en suis bien conscient. Cependant, tu es en Belgique confrontée aux citoyens belges ; comme on l’a dit parfois réfractaire à certains changements. Quels sont les premiers freins que tu sens quand tu abordés le sujet autour de toi pour la première fois, aux rares personnes à qui tu acceptes de te confier maintenant au grand public ?

17:54  Viviane Kock : C’est sans doute l’isolement social. Il y a aussi cette peur de la confiance ; est-ce qu’on se comprend bien sûr le cadre de confiance que l’on met en place ? Ce qui fait peur, c’est par exemple que l’on communique tout en transparence ; donc il y a une perte de « pseudo intimité ». Aussi, je dirais comment est-ce que les managers vont faire avec ça ?  C’est pour cela que c’est important de les accompagner : ils sont vraiment en train de se transformer avec réel rôle de coach : investir du temps dans du management de proximité malgré la distance. 

18:30  Michel Godart : Maintenant, il y a forcément aussi les gens qui sont enthousiastes à entendre cette approche et se disent « Là j’y vois plein d’opportunités écoresponsable : moins de déplacements, moins de bouchons,…donc ça c’est le premier waouh effect !

Est-ce qu’il y a d’autres « waouh » dans ce que l’on peut attendre du full digital ? Quels autres avantages directs les gens voient-ils ? Je pense à la diversité ! 

18:54 Viviane Kock : On en a parlé ensemble Michel, cela reste mon dada : on peut engager des personnes en situation de handicap. On peut aussi ouvrir le champ des possibles au niveau de la multi culturalité : on va pouvoir recruter hors-frontières. Avoir cette force de diversité pour innover, être beaucoup plus dans la créativité. 

19:19 Michel Godart : Autre avantage, les coûts moindres pour l’entreprise. 

19:22 Viviane Kock : Pour l’employeur, il y a bien sûr plein de gains financiers mais on leur souhaite qu’ils réinvestissent un maximum auprès de ses employés. Puis bon, petit clin d’œil Michel, on s’est rendu compte qu’on fait un peu d’économies sur le maquillage.

19:41 Michel Godart : Ah oui, l’employé qui reste en pyjama avec la chemise au col bleu avec au-dessus son pantalon de pyjama…hahahah.

19:46 Viviane Kock : C’est comme le présentateur de la météo ; il investit que dans le haut du corps ! Hahaha,…On a vu un boom dans les ventes de pantoufles parce que voilà, on investit plus dans tout ce qui est cosy et relax. On gardera bien sûr encore des costumes, des tailleurs mais ne moindre nombre.

20:05 Michel Godart : Cependant sera peut-être une moins bonne nouvelle pour le secteur qui vend ce type de produit. 

20:09 Viviane Kock : En tout cas moi, je me suis rendu compte que j’ai beaucoup plus investi dans le haut du corps ; des bijoux, des lunettes, des pulls, des chemisiers. Donc ça continue le shopping hein. 

20:19 Michel Godart : Dans un précédent podcast, les meetings à distance ont vu une tendance qui celle qu’on enregistre quand on dit une quelque chose, ça veut dire qu’elle a enregistré, qu’on se sent mal après par rapport à son image parce qu’on a dit une bêtise. Ça veut dire aussi qu’il y a des questionnements sur la déontologie et l’éthique au sein d’entreprises. Un des focus qui va prendre plus d’ampleur.

20:42 Viviane Kock : Oui la charte digitale a bien évolué surtout au niveau de la sécurité, la manière de manipuler les données, de transférer des documents. Les endroits où ce n’est pas du tout conseillé de faire une réunion sur certains thèmes : il y a encore des personnes qui font des réunions sans oreillette dans un train par exemple, c’est quelque chose que l’on ne peut pas faire dans le futur. Il va falloir être très clair sur ce qui est possible et pas. On espère aussi que la logique rentrera dans les esprits pour avoir cette autonomie de jugement : qu’est ce qui me semble bien ou moins bien.

21:18 Michel Godart : par rapport à ses moyens et son niveau social, on n’a pas forcément tous un logement avec une grande capacité une pièce pour s’isoler pour le télétravail. Est-ce que finalement je ne vais pas être embêtée si je veux passer dans une entreprise full digital et que je vis en appartement avec 3 pièces sans séparation avec un enfant et une femme ?

21:35 Viviane Kock : Non parce que l’entreprise peut proposer des espaces de coworking voilà !

21:42 Michel Godart : Et c’est là où on revient à notre boucle où on parlait que les espaces verts sont une solution pour l’entreprise mais aussi pour l’employé. 

21:48 Viviane Kock : Parce qu’il y en a qui ne veulent pas travailler chez eux, ils ne veulent pas envahir leur espace privé par le travail. Certain.e.s n’ont pas une pièce à part. Et puis il y en a qui ont des tensions familiales, de couple et ce n’est pas bon de ne pas rester trop longtemps sous le même toit ! Hahahah….

22:01 Michel Godart : Je n’ai pas osé le dire mais je connais des hommes qui quittent le foyer au travail. C’est ça la flexibilité. 

22:11 Viviane Kock : Donc les espaces de co working ce sont des alliés au télétravail mais les gens ne vont pas passer 100% de leur temps dans un espace de coworking non plus, à moins que les prix deviennent plus attractifs mais je ne les ai pas encore vu.

22:23 Michel Godart : J’imagine qu’une entreprise aura les moyens de négocier des tarifs, des quotas préférentiels : si elle dit à un espace de coworking : « moi je t’emmène 50 nouveaux membres mais le prix je veux concentrer la différence ».

22:34 Viviane Kock : Et puis cela peut être aussi une solution transitoire pour ceux qui par exemple auraient ce projet de full remote. OK on va lâcher les 4 murs mais pour full remote avec un besoin de passation : c’est de proposer pendant 6 mois ou un an un certain quota de places dans des espaces de coworking comme point de chute, pour ceux qui auraient encore un peu plus de mal aller à se détacher. 

22:57 Michel Godart : Dans tous les cas c’est un changement déjà. Ne fût-ce au niveau des habitudes humaines à acquérir. Un changement ne se fait pas sans dégâts s’il est brutal 

23:04 Viviane Kock : Tout à fait, c’est pour ça j’ai vraiment envie d’aider les entreprises à y réfléchir : ça fait pas mal d’y réfléchir, ça ne coûte rien -)

Prochainement une série de podcasts est prévu 

SONDAGE :

Votre avis sur ce que vous pensez de cette vision du futur du travail ?

  • Seriez-vous partant pour un digital expérience avec une entreprise ?
  • Seriez-vous mitigé, défavorable ? Pourquoi ?

👉 Retrouvez ce podcast sur votre plateforme d’écoute favorite, il ne s’y trouve pas ?

Informez-nous et nous prendrons le temps de faire le nécessaire.

Tous nos podcast hrmeetup.©

Play

Michel Godart

Passionné par la technologie, l'humain, féministe et écoresponsable, Michel Godart a pour objectif de vulgariser un maximum l'information. Dans tous ses projets podcast, il souhaite inspirer par les exemples qu'apportent ses invités au micro. Le podcast est pour Michel un garant de démocratie : c'est un média produit PAR le citoyen POUR le citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.