fbpx

Elise Loor (#012 & #013) via : EOX Frequency

Elise Loor

Série Spéciale. Les femmes dans la construction : Elise Loor

C’est à Evere, chez « transforma bxl » dans les studios de “The Podcast Factory Org“, Michaël Dumbi et Michel Godart ont reçu Elise Loor pour une interview sur le thème : “Les femmes dans le secteur de la construction”.

Première partie de l’interview d’Elise Loor :

Elise va nous parler du rôle de la femme dans la construction, mais pas seulement ! Elle a d’autres préoccupations passionnantes, une belle surprise à découvrir dans ce podcast et cette première partie d’interview !

A 24 ans, Elise termine ses études à l’ECAM pour devenir Ingénieure industrielle. Elle y fait un master en construction où elle aura d’ailleurs un cours en construction durable, ce qui la touche particulièrement. Elle pratique d’ors et déjà la « décroissance », entrant en transition, en faisant attention à sa consommation !

Dans son stage, elle aborde le sujet de l’énergie, isoler les bâtiments pour les rendre passifs…mais avec des matériaux issus de la pétrochimie. Ils seront durables dans leur utilisation mais la production et l’après vie de ces matériaux ne sera pas prises en compte.

Dans ses projets, elle souhaite aller vers des matériaux plus respectueux « vieux matériaux » dit-elle, argile, terre-paille, etc et exploiter au maximum ceux-ci. Bien qu’ils soient plus chers au m2 (laine de bois ou cellulose) et qu’ils prennent plus de place.

« MK engineering » est un bureau d’études avec 25 ans d’expérience dans la conception d’installations techniques spéciales et pionnier dans le conseil en conception énergétique et durable du bâtiment. Ils travaillent en collaboration sur les projets. « Je suis entrée en stage chez eux ». Ils remportent des marchés publics et privés.

« Choisir son stage est hyper important. Chez MK, je suis vraiment active.»

« Six semaines, c’est un peu court pour apprendre. Il faudrait au minimum trois mois. Je reste peu de jours sur un projet, puis je change… »

« A l’ECAM, je dispose de deux stages. Le premier est sur chantier et le second dans un bureau d’études. Cela permet de voir les deux aspects de l’ingénierie et les dynamiques différentes. »

« Être tout le temps en bureau d’études ne me conviendrait pas sur le long terme. J’ai besoin d’avoir des contacts sociaux avec les gens. Focalisée sur ton projet, tu ne parles à personnes pendant six heures… »

Seconde partie de l’interview d’Elise :

C’est un milieu plus masculin mais actuellement nous sommes cinq ou six filles sur trente garçons nous confie Elise. Nous sommes toutes différentes. À l’ECAM, je préférai aller vers les hommes plutôt que vers les filles, j’ai développé de l’amitié masculine… et plus tard, j’ai développé des relations féminines dans ma sphère personnelle.

Ce qui m’a donné envie d’aller dans ce secteur ?
En humanités, j’avais des facilités dans la physique et en maths. Suite à l’effondrement d’un bâtiment au Bengladesh, j’ai eu envie de me former en Belgique puis de m’exporter dans les pays pauvres pour apporter de l’aide.

Cette place de la femme dans la construction, comment va t’elle évoluer ?
Je remarque que sur le chantier, les femmes apportent une organisation plus structurée, un chantier plus humain, plus soigné. Les femmes sont plus éduquées à être dans le ressenti, dans l’émotion, prendre soin des autres.

Ma place dans le secteur, j’aimerai être chef de chantier. J’étais sur chantier chez Thomas & Piron. J’aime être dans le moment présent et dans le plus concret possible : voir les chantier qui avancent. Ce n’est cependant pas un projet de vie à long terme. Après trois ou quatre ans, j’aimerai contribuer à des chantiers participatifs en Europe et développer mes compétences en éco construction. J’ai une amie qui fait de la permaculture. Grâce à elle, j’ai quelques contacts. Je compte partir en van un an et voyager.

Ces matériaux séduisent les gens dits « alternatifs »… et pas les autres. Je me situe autrement, entre les deux : par exemple j’ai vu un reportage sur un architecte qui propose une maison en argile sans isolant avec un chauffage thermique par la masse, par l’épaisseur des murs. Je pense développer une société pour proposer des matériaux plus durables dans la manière de construire.

J’ai plein d’autres rêves… je suis dans une passe qui me fait vibrer mais j’aimerai bien être professeur ou ouvrir une maison d’hôtes… j’aurais des solutions au cas où les choses ne fonctionneraient pas. Le plus difficile est de trouver sa voie. On n’a pas toujours tous les éléments pour gérer son parcours. Il est utile d’avoir une ligne du temps. Elise pense que c’est rassurant d’avoir d’autres choix, d’être acceptée dans son évolution, dans ses autres idées.

Vois-tu l’utilité d’avoir un conseiller dans ta carrière ?
Oui, c’est intéressant car le secteur de la construction est assez diversifié et représente un grand panel de métiers.

Tous les podcasts d’EOX Frequency

Michel Godart

Passionné par la technologie, l'humain, féministe et écoresponsable, Michel Godart a pour objectif de vulgariser un maximum l'information. Dans tous ses projets podcast, il souhaite inspirer par les exemples qu'apportent ses invités au micro. Le podcast est pour Michel un garant de démocratie : c'est un média produit PAR le citoyen POUR le citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *