fbpx

Abdelkader Boutemadja (#033) via : EOX Frequency

Abdelkader Boutemadja

Abdelkader Boutemadja, architecte de formation et architecte praticien, professeur à l’université de Liège en BIM nous fait part de son expertise aujourd’hui.

Venu poursuivre ses études en Belgique il y a quelques années, c’est une formation en urbanisme qui l’a mené vers le SIG, étant passionné par les outils numériques, Abdelkader Boutemadja y voyait déjà un lien avec l’avènement du BIM.

En tant qu’enseignant, quelle est sa vision du BIM ?

« Pour moi ce qui est important dans le BIM c’est le coté processus. » En réalité le BIM est apparu pour une raison bien précise nous explique le professeur.

Tout d’abord on s’est vite rendu compte que le secteur de la construction était un secteur économique très important dans notre pays. En effet, il représente presque 6% du PIB du pays.

Mais le secteur était également lié à de grands points d’interrogations. L’investissement n’y était pas évident et l’économie ne tournait du coup pas correctement. Diverses études américaines ont reportés :

  • le problème de communication entre les acteurs
  • la difficulté de gestion financière et de timing des projets
  • ainsi que la question de l’organisation du travail collaboratif

Le BIM émane donc d’une décision alliant la mise en place de méthodes et processus collaboratifs à la numérisation du secteur de la construction.

Mais comment, réagissent les étudiants à l’heure actuelle? Sont-il réceptifs aux faits que les métiers dans le secteur de la construction vont évoluer avec l’avènement de la numérisation et de la digitalisation ?

A cette nouvelle question, le professeur Boutemadja affirme très clairement : « oui ils sont réceptifs! Ils viennent déjà en cours avec les tablettes numériques, dessinent sur ces tablettes, ils sont habitués! Mais il y a certaines nuances dont ils n’ont pas conscience. »

En effet, d’après le professeur, les étudiants en architecture à la fin de leurs études n’ont pas encore connaissance de tous les autres acteurs qu’englobe un projet et le BIM trouve une difficulté de s’intégrer dans les études d’architecture essentiellement à cause de ça.

De plus, il y a également un manque de synergie entre les formations données aux étudiants et les entreprises. Pourtant, les entreprises sont réceptives et même en demande.

Mais comment y remédier? Quel futur peut-on envisager entre universités et entreprises? Comment former au BIM ? Qui sont les principaux acteurs ?

Mot de la fin : Le but n’est pas de former des gens et qu’ils deviennent spécialistes en BIM mais de permettre à un architecte à un ingénieur, à un géometre, ou à un maitre d’ouvrage, d’acquérir les connaissances en BIM nécessaires afin d’être en mesure de participer à un projet fait en BIM. Il faut donc tomber d’accord sur ce qu’on attend des acteurs.

Texte de : Elise Haemers

Tous les podcasts d’EOX Frequency

Michel Godart

Passionné par la technologie, l'humain, féministe et écoresponsable, Michel Godart a pour objectif de vulgariser un maximum l'information. Dans tous ses projets podcast, il souhaite inspirer par les exemples qu'apportent ses invités au micro. Le podcast est pour Michel un garant de démocratie : c'est un média produit PAR le citoyen POUR le citoyen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *